Rapport annuel 2017-2018

Se projeter, se préparer

Version PDF

1. Portrait statistique

La communauté francophone de l’Ontario fait face à plusieurs enjeux d’ordre démographique. L’immigration apparaît alors comme un enjeu de premier plan pour la vitalité et le dynamisme de la communauté franco-ontarienne, dont le visage est appelé à continuer à se diversifier. À l’heure actuelle, les immigrants francophones, au nombre de 92 385, représentent 15 % de la population francophone de l’Ontario (622 41519 francophones soit 4,7 % de la population ontarienne). Parmi ceux-ci, 16 045 (17,4 %) sont des immigrants récents20. Pour l’ensemble des immigrants francophones, 63,5 % sont issus d’une minorité visible et ce chiffre monte à 78,2 % pour l’immigration récente21.

Toutefois, le taux annuel d’immigration francophone ne reflète pas le poids démographique de la communauté franco- ontarienne. En fait, depuis l’adoption en 2012 de la cible annuelle de 5 % à atteindre, ce taux a connu plusieurs diminutions annuelles consécutives : 3,4 % en 2011, 3 % en 2012, 2,5 % en 2013, 2,2 % en 2014, 1,9 % en 2015 et une légère remontée à 2,4 % en 201622.

L’ancien ministère des Affaires civiques et de l’Immigration de l’Ontario23 identifie deux principaux facteurs atténuants qui ont influencé cette baisse, soit une augmentation du nombre de réfugiés accueillis et d’aides familiaux résidents jumelée à une diminution des immigrants de type économique, principale catégorie d’immigration pour les francophones. En effet, avant 2011, 52,7 % de l’ensemble de l’immigration francophone est de type économique, 22,3 % sont des immigrants parrainés par la famille, 23,2 % des réfugiés et 1,8 % appartiennent à la catégorie « autre ». Ces chiffres sont respectivement de 50,6 %, 20,8 %, 25,4 % et 3,2 % pour la population immigrante récente pour la période 2011-201624.

La variable de la période d’immigration25 présente un portait légèrement distinct. À l’heure actuelle, 2,4 % de la population immigrante totale dans la province est francophone. En ce qui concerne les immigrants récents, cette proportion est de 3,4 %. Ces chiffres ne reflètent pas le poids démographique de la communauté franco-ontarienne. En se référant au tableau ci- dessous, on constate que plus la période d’immigration est récente, plus la proportion d’immigrants francophones est élevée au sein de la population immigrante.

Tableau 3 : Population immigrante par période d’immigration (Ontario)
Population immigrante totale Population immigrante francophone Proportion de la population immigrante francophone parmi l’ensemble des immigrants
Avant 1961 285 765 3 545 1,2 %
1961 à 1970 344 630 5 600 1,6 %
1971 à 1979 396 270 6 655 1,7 %
1980 à 1990 565 070 11 315 2,0 %
1991 à 2000 834 510 18 115 2,2 %
2001 à 2010 953 735 31 105 3,3 %
2011 à 2016 472 170 16 045 3,4 %
Total 3 852 145 92 385 2,4 %
Résidents non permanents 201 200 5 875 2,9 %

Source : Statistique Canada, recensement de la population de 2016

Pour expliquer cette différence entre les taux d’immigration annuels et le portrait par période d’immigration, il est possible de soulever l’hypothèse que la mobilité interprovinciale a joué à l’avantage de l’Ontario. Parmi les 92 385 immigrants francophones vivant en Ontario en 2016, 1 700 sont arrivés du Québec l’année précédente et 355 d’autres provinces canadiennes. Ces chiffres sont de 4 830 et de 800 respectivement en ce qui concerne la mobilité durant les cinq années précédentes.

Pour les tranches d’âge26, la population immigrante francophone est plus jeune que la population non immigrante et cela est plus marqué chez les immigrants récents. En 2016, 15,9 % de la population francophone non immigrante avait entre 0 et 14 ans et 47,9 % entre 15 et 54 ans.

La France (10,5 %) et Haïti (8,5 %) sont les deux pays dont le plus grand nombre d’immigrants francophones sont originaires. C’est aussi le cas pour l’immigration récente (11,3 % et 10,9 %). Toutefois, l’Afrique est le principal bassin d’immigrants francophones avec 36,1 % de l’ensemble de la population immigrante francophone en provenance de ce continent. Ce chiffre est de 46,1 % pour l’immigration récente comparativement à 26,2 % et 18,1 % pour l’Europe. Les principaux pays africains d’où provenaient les immigrants francophones durant la période de 2011 à 2016 sont le Congo (RDC) (8,8 %), le Cameroun (5,2 %), la République de Maurice (4,5 %), l’Égypte (3,9 %), le Burundi (3,9 %) et la Côte d’Ivoire (3,6 %)27. Au regard des tendances, il semble que ce soient les immigrants d’Afrique qui représentent le meilleur potentiel, même si l’Europe demeure un terrain très intéressant. Ces données démontrent l’importance de cibler des activités de recrutement dans ces deux continents.

Il existe de fortes disparités géographiques en ce qui concerne les lieux d’établissement des immigrants francophones à travers l’Ontario, avec une forte concentration dans les régions de l’Est et du Centre (93,5 % à elles deux). En comparaison, la région du Nord-Est, qui compte 19,8 % des francophones de la province, ne reçoit que 1,2 % des immigrants francophones. La ville d’Ottawa (26 880 immigrants) et la région du Grand Toronto28 (49 490 immigrants) reçoivent 82,7 % des immigrants francophones.

Tableau 4 : Population immigrante francophone par région (Ontario, 2016)
Ontario Sud-Ouest Est Centre Nord-Ouest Nord-Est
Population francophone dans la région 622 415 33 555 268 070 191 375 7 055 122 360
Population immigrante francophone 92 385 4700 29 585 56 815 215 1 065
Proportion d’immigrants parmi la population francophone de la région 15,0 % 14,2 % 11,2 % 30,2 % 3,1 % 0,9 %
Proportion d’immigrants francophones dans la région parmi l’ensemble de la population immigrante francophone de la province 100,0 % 5,1 % 32 % 61,5 % 0,2 % 1,2 %
Population immigrante francophone arrivée dans la période 2011-2016 16 045 960 5 055 9 835 45 150
Proportion d’immigrants francophones dans la région parmi l’ensemble de la population immigrante francophone de la province (2011- 2016) 100,0 % 6,0 % 31,5 % 61,3 % 0,3 % 0,9 %
Résidents non permanents 5 875 260 1 680 3 860 30 55

Source : Statistique Canada, recensement de la population de 2016


  1. Il existe de légères variations entre les données du recensement issues des recensements long et court. Les données sur l’immigration proviennent du recensement long, c’est-à-dire d’un échantillon. Pour le calcul des proportions, on utilise donc le nombre de 622 415 francophones, qui est l’unité de référence pour le recensement long selon la définition inclusive de francophone de l’Ontario. Les variations aux proportions sont très légères.
  2. Dans ce texte, on entend par « immigrants récents » ceux arrivés entre 2011 et 2016.
  3. Plus de détails sur le statut de minorité visible en annexe.
  4. Pour plus de détails : http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/811481/immigration-francophone-ontario (page consultée en mars 2018).
  5. Pour plus de détails : https://www.reseausoutien.org/Forum2017/Presentations_%20Forum%202017/4Presentation_Astrid_Jacques.pdf (page consultée en mars 2018).
  6. Plus de détails sur les catégories d’immigration en annexe 3.
  7. La variable « période d’immigration », qui désigne la période durant laquelle l’immigrant a obtenu son statut d’immigrant reçu ou de résident permanent pour la première fois, ne permet pas de savoir dans quelle province un immigrant s’est établi en premier. Toutefois, en l’absence des données de recensements antérieurs à 2011 adaptées à la DIF, il s’agit d’un indicateur qui permet une comparaison dans le temps.
  8. Plus de détails sur les tranches d’âge en annexe 4.
  9. Plus de détails sur les pays d’origine en annexe 5.
  10. Pour la région du Grand Toronto, les données du recensement des divisions de Toronto, Durham, Halton, Peel et York ont été utilisées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *