Rapport annuel 2013-2014

Une institution francophone s’enracine

Version PDF

La cible de 5%

En 2012, le gouvernement de l’Ontario a annoncé l’élaboration de sa toute première stratégie sur l’immigration afin d’attirer davantage de main-d’œuvre hautement qualifiée permettant d’appuyer le développement et l’enrichissement de la société ontarienne y compris celui de la communauté francophone. Cette volonté claire et ce leadership de la part du gouvernement se sont manifestés par l’annonce d’une cible à atteindre de 5 % pour l’immigration francophone, qui contribuera assurément à la vitalité et au développement social, économique et culturel de la communauté francophone si elle est atteinte.

Un pourcentage que le ministre des Affaires civiques, de l’Immigration et du Commerce international s’est engagé à intégrer à toutes les catégories de programmes fédéraux et provinciaux d’immigration. De fait, la province copréside avec le gouvernement fédéral le travail de l’élaboration du nouveau système de la déclaration d’intérêt qui entrera en vigueur au cours de l’année 2015. Une telle opportunité devrait indubitablement permettre au gouvernement de l’Ontario de faire valoir son objectif de 5 % à atteindre et d’intégrer la spécificité de l’immigration francophone au sein des communautés francophones en situation minoritaire dans ce nouveau système.

L’équipe du Commissariat a identifié, lors de son dernier exercice de planification stratégique, le dossier de l’immigration francophone comme un enjeu prioritaire dans lequel il entend s’impliquer et intervenir activement. Un intérêt partagé par les trois commissaires linguistiques du Canada, du Nouveau-Brunswick et de l’Ontario qui collaborent actuellement et unissent leurs efforts pour une action commune dans les prochains mois en respectant leur champ de compétence respectif.

Commentaire

  1. Paysages-tschirhart

    « Il faut essayer d’encourager, d’avoir des cliniques ou tous les services seraient offerts en francais. Nous autres les aines on est un peu preoccupes par ca parce qu’evidemment la population est vieillissante de plus en plus », s’inquiete Mme Allard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *