En direct du Forum mondial de la langue française à Québec

Je vous écris présentement du tout premier Forum mondial de la langue française qui a lieu à Québec du 2 au 6 juillet. Je suis ravi que l’Ontario puisse participer aux échanges multilatéraux qui s’inscrivent dans le cadre de ce Forum.

À titre de conférencier, j’ai participé à une séance intitulée « Le français dans les espaces méditerranéens et nord-américains ». La première partie de l’atelier nous amenait à nous interroger sur les stratégies que les peuples des espaces méditerranéens pouvaient utiliser pour amener la population majoritaire à s’intéresser aux langues. Dans la deuxième partie de l’atelier, j’ai parlé de la réalité de l’Ontario, qui diffère de celle des régions méditerranéennes. Nos échanges ont été particulièrement fascinants.

En rencontrant des représentants francophones des quatre coins du monde, nous remarquons à quel point le français est une langue diverse. Dans certaines régions, elle se trouve imposée alors qu’ici, en Ontario, nous tentons de lui faire une place. Certes, les peuples et communautés francophones vivent tous des situations différentes. Il est néanmoins formidable de pouvoir se rapprocher les uns des autres et s’inspirer mutuellement.

Ce qui importe dans le cas de la francophonie ontarienne, c’est de nous rappeler que nous ne sommes pas seuls à parler français. Le français est toujours un pôle d’attraction majeur à l’international. Il est ainsi dans l’intérêt de notre société de conserver la langue française.

Je le constate de nouveau à chaque atelier et à chaque poignée de main que je donne depuis mon arrivée à ce Forum : le français est loin, très loin, d’être juste une question de traduction. C’est plutôt une question de création. La langue française permet de créer des liens et des avenues qui permettent à une multitude de citoyennes et citoyens de participer pleinement à la vie sociale, économique, politique et culturelle de l’espace dans lequel ils se trouvent.

Je vous invite à écouter une entrevue que j’ai livrée à l’émission Le Matin du Nord, à l’antenne de Radio-Canada, au sujet de ma participation au Forum.

Commentaires (2)

  1. Denis Bertrand

    Entrevue intéressante, François. Et ce Forum ? De quoi alimenter les réflexions du Commissariat ?

  2. François Boileau

    Oui, cela remet la question du français en perspective. Dans plusieurs pays, il faut faire connaître la langue française alors qu’ici, au Canada, sa place est déjà acquise au niveau constitutionnel, législatif et même au quotidien comme les citoyens voient des textes en français à chaque matin sur leurs boîtes de céréales par exemple !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *