Visite des bureaux du commissaire aux langues officielles de l’Irlande

Commissaire aux langues d'Irlande

Hier, j’ai eu la chance de me rendre dans la magnifique région de Galway, sur la côte Ouest de l’Irlande, afin de rencontrer nos collègues du bureau du commissaire aux langues officielles d’Irlande. Des bureaux, soit dit en passant, magnifiques, mais surtout, avec une vue imprenable sur la mer… De quoi faire rêver toute la journée! Pas étonnant que la plupart des bureaux faisaient dos à la fenêtre!

Cela dit, plusieurs similarités existent entre l’Irlande et l’Ontario français. En termes de nombres absolus, on peut compter sur environ 700 000 citoyens de langue maternelle irlandaise. L’Ontario français compte sur une population de plus de 600 000 personnes. Sauf qu’au niveau de la proportion, c’est bien différent puisque l’Irlande ne compte que sur une population totale d’environ 4 000 000 de personnes, ce qui représente près de 18 % de la population.

Les bureaux et les budgets sont sensiblement les mêmes. Ils ont six employés en plus du commissaire ; nous avons six employés en tout chez nous. Le budget est plus petit, mais en euros, cela s’équivaut.

Mais là s’arrêtent les similarités. Le commissaire a été nommé directement par le président et il relève des deux chambres. Moi, comme on le sait, je relève d’une Ministre. En Irlande, ils ont une loi sur les langues officielles, ce qui est le cas dans l’ensemble canadien, mais pas au niveau des provinces évidemment.

Certes, l’Irlande est divisée en comtés et provinces. Toutefois, ce sont les comtés qui servent pour l’administration locale. Certaines grandes villes ont également un pouvoir de décision équivalant à celui des comtés et s’appuient sur les Conseils d’agglomération (City councils).

Autre similitude, leur bureau a été mis en place en 2004, avec l’aide, notamment, du bureau du commissaire aux langues officielles du Canada! Ici, en Ontario, notre bureau n’est en place que depuis 2007. Seán Ó Cuirreáin est le premier commissaire aux langues officielles de l’Irlande et assume toujours cette fonction. Nous sommes d’ailleurs tous ici suivant son invitation. Je suis très enchanté d’avoir fait sa connaissance. Déjà, il m’expliquait que lui aussi avait prêté main-forte à la mise en place d’un bureau semblable au Kosovo dont des représentants seront aussi présents à la conférence.

C’est donc dire que les gouvernements prennent conscience de plus en plus qu’il vaut la peine d’élaborer des bureaux comme les nôtres afin d’aider la population à conserver la langue minoritaire, à en faire la promotion et surtout, à maintenir l’intérêt du gouvernement dans la mise en œuvre des lois respectives. En Irlande, ils ont reçu pas moins de 750 plaintes au cours de la dernière année!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *